Les PP vous informent

Retrouvez l’ensemble des communiqués de presse de l’Association PP


La compétitivité des chevaux français : le point de vue d’Hubert Tassin, publié par le JdG

JdG

PLAN DE COMPÉTITIVITÉ : le point de vue d’Hubert Tassin

Le 15 sep­tembre, France Galop a an­noncé un plan à venir pour res­tau­rer la com­pé­ti­ti­vité sur la scène in­ter­na­tio­nale des che­vaux de plat en­traî­nés en France. Hu­bert Tas­sin, pré­sident de l’as­so­cia­tion PP, ad­mi­nis­tra­teur de France Galop, nous a livré son point de vue.

« On ne peut que se fé­li­ci­ter de la ré­flexion ou­verte par France Galop sur la com­pé­ti­ti­vité des che­vaux en­traî­nés en France dans les courses de haut ni­veau en plat. Les P.P. se­ront heu­reux de par­ti­ci­per à cette ré­flexion, pour, bien sûr, qu’elle porte sur des me­sures de fond, struc­tu­rantes et de long terme. Il ne peut en effet s’agir de demi-me­sures, ou pire, de rus­tines de cir­cons­tances prises dans l’ur­gence. La ques­tion de la com­pé­ti­ti­vité des che­vaux en­traî­nés en France ne se rè­glera pas d’un coup de ba­guette ma­gique d’ici le pre­mier week-end d’oc­tobre ou la fin du tri­mestre.

Il faut prendre le temps de l’ana­lyse et de la concer­ta­tion.

Le sujet n’est pas nou­veau. La ques­tion de la com­pé­ti­ti­vité de l’en­traî­ne­ment fran­çais de plat au plus haut ni­veau eu­ro­péen s’est spec­ta­cu­lai­re­ment posée à nou­veau cette année. Bien sûr, des do­ta­tions de plus du double de celles des courses de même ni­veau en An­gle­terre ont ren­forcé les am­bi­tions et le ca­len­drier bous­culé a sans doute joué aussi. Cela dit, le sujet n’est pas nou­veau : on doit rap­pe­ler que l’ins­tau­ra­tion des courses de Groupe est une me­sure pro­tec­tion­niste prise en 1970 par Mar­cel Bous­sac et Jean Ro­ma­net en concer­ta­tion avec les au­to­ri­tés bri­tan­niques après un mee­ting de Deau­ville par­ti­cu­liè­re­ment dif­fi­cile pour l’en­traî­ne­ment na­tio­nal. Der­rière le Morny de My Swal­low , le Ma­rois de Pria­mos , la Côte Nor­mande de Gold Rod ou le Quin­cey de Lo­ren­za­cio , la raz­zia avait été sau­vage.

Cette année, il n’y a pas que Deau­ville et, sans pré­ju­ger des Grs1 d’oc­tobre à Long­champ, les ar­ri­vées du Jo­ckey Club, du Diane, du Ver­meille ou du Grand Prix de Paris frappent aussi les es­prits. Pour trou­ver des voies et moyens de re­dres­ser la barre, il fait dé­pas­ser les res­sen­tis.

Le grand avan­tage an­glais, c’est le nombre. Le pre­mier avan­tage joué par l’en­traî­ne­ment et de loin le plus im­por­tant, c’est le nombre : pour avoir de bons che­vaux, il fait avoir beau­coup de che­vaux. Les ef­fec­tifs du Galop au Royaume-Uni dé­passent 23.000 che­vaux, dont 13.500 des­ti­nés au plat, et 1.500 mixtes plat-obs­tacle. C’est plus du double de notre bilan. Quoi qu’on puisse in­ven­ter en ma­tière d’évo­lu­tion de pro­grammes ou de tech­niques et de struc­tures d’en­traî­ne­ment, le nombre prime for­cé­ment au final, jus­qu’au plus haut ni­veau.

Pour­quoi cette dif­fé­rence entre deux pays à la puis­sance éco­no­mique com­pa­rable et avec des al­lo­ca­tions ver­sées in­fé­rieures de 40 % au Royaume-Uni par rap­port à la France avant les ré­duc­tions Covid, et de 60 % au­jour­d’hui ? Il y a des pro­prié­taires qui ont des rai­sons – à l’évi­dence pas fi­nan­cières – de mettre des che­vaux à l’en­traî­ne­ment.

Bien sûr, il y a la tra­di­tion, l’amour du che­val, la pas­sion du jeu chez les book­ma­kers. On ne doit pour­tant pas s’ar­rê­ter sim­ple­ment à cela.

Il nous faut plus de han­di­caps. Le jeu est ou­vert là où, chez nous, il est fermé. Les pro­prié­taires an­glais ont une chance de ga­gner des courses et de pou­voir pa­rier sur leurs che­vaux dans toutes les gammes de prix d’achat : ils ont les han­di­caps. Soixante-huit pour cent des courses de plat (et 61,5 % des courses d’obs­tacle) sont des han­di­caps. Tout le monde peut es­pé­rer et, le nombre étant là, peut aussi aller vers les courses à condi­tions su­pé­rieures, les Lis­teds et Groupes. Sans la pos­si­bi­lité des han­di­caps, bien des pro­prié­taires ne peuvent que re­non­cer.

Ne plus cher­cher sys­té­ma­ti­que­ment la vente. Le pro­fil d’ex­ploi­ta­tion des pro­prié­taires an­glais est aussi dif­fé­rent, au-delà de la ca­rence de han­di­caps qui est la nôtre. La po­pu­la­tion de pro­prié­taires-éle­veurs qui s’ap­puient sur un chep­tel d’une dou­zaine de ju­ments de bon ni­veau, pour pro­duire pour la course sans cher­cher à vendre, est un vrai tissu bien étri­qué chez nous. Des ac­teurs qui n’ont pas l’ob­ses­sion de la vente, mais veulent ga­gner des courses, cela donne une vraie pro­fon­deur aux courses clas­siques ou semi-clas­siques bri­tan­niques. Le manque de ces ac­teurs de long terme n’est évi­de­ment pas im­pu­table au dé­fi­cit en ma­tière de han­di­caps. La fis­ca­lité pé­na­lise en France. Mais, pour cette haute ca­té­go­rie, comme pour les pro­prié­taires « de base » peut-être aussi pour les for­tunes in­ter­na­tio­nales ou d’État, c’est l’at­trac­ti­vité des courses qui n’est pas là.

Re­trou­ver de l’at­trac­ti­vité. Ce qui fait la force des courses fran­çaises de haut ni­veau en plat, c’est aussi ce qui éloigne les pro­prié­taires : c’est la ré­pé­ti­ti­vité et l’ar­gent. Nos mai­dens, nos Classes 1 et 2, nos Lis­teds et nos Groupes sont beau­coup mieux dotés que leurs équi­va­lents an­glais. Mais, se­maine après se­maine, ils se dis­putent sur les mêmes pistes, de­vant les mêmes tri­bunes (vides ou à moi­tié vides). L’ar­gent est là, mais l’am­biance n’est pas sou­vent au ren­dez-vous.

Nous n’avons pas de mee­ting de haut ni­veau en plat à l’ex­cep­tion no­table de Deau­ville, des deux di­manches de Chan­tilly et du week-end de l’Arc de Triomphe. Il faut les sanc­tua­ri­ser, mais cela ne suf­fit pas.

Nous ne par­vien­drons pas à faire en France un Ascot et son dé­co­rum mo­nar­chique. Mais un mai­den, une Classe 1 ou 2, un han­di­cap, et même des Lis­teds et des Groupes cou­rus dans des jour­nées « ali­men­taires » chez nous (je m’ex­cuse pour cet hor­rible terme…) peuvent bien être do­tées du double ou du triple de leur équi­valent dans les mee­tings d’York, de Don­cas­ter, de Good­wood, de New­mar­ket, d’Ep­som… Elles ne font pas rêver les pro­prié­taires.

Cas­sons la ré­pé­ti­ti­vité. Pour amé­lio­rer la com­pé­ti­ti­vité de l’en­traî­ne­ment fran­çais au haut ni­veau du plat, nous sa­vons ce qui ne marche pas : l’ar­gent. Si tel était le cas, les al­lo­ca­tions des mai­dens et des Classes 1 et 2, et celles des Groupes, au­raient lar­ge­ment suffi. Aller plus loin dans ce sens ne se­rait pas construc­tif, peut-être même contre­pro­duc­tif.

Conser­vons l’atout fi­nan­cier si élevé, mais jouons-le dif­fé­rem­ment. Cas­sons la ré­pé­ti­ti­vité, la re­cherche de gains illu­soires de pro­duc­ti­vité qui ruinent l’at­trac­ti­vité. Jouons au contraire nos atouts avec des mee­tings sur les hip­po­dromes fran­çais qui peuvent les sup­por­ter, avec l’am­bi­tion qui se trans­met­tra – pour les courses à condi­tions et évi­de­ment des han­di­caps – aux pro­prié­taires.

La si­tua­tion ac­tuelle prouve assez que le sujet n’est pas l’ar­gent. Les courses ont be­soin d’at­trac­ti­vité, d’am­biance. Pour at­ti­rer les grandes for­tunes mon­diales, il faut aussi du local. »

La phrase du jour

La phrase du jour publiée par Paris Turf au sujet de la position du Président des PP, Hubert Tassin, sur la nécessaire évolution des allocations 2020

La phrase du Jour

Les archives

Allocations 2020 : Un vrai rattrapage est possible

Les chiffres parlent d’eux-même : les prévisions pessimistes du PMU au début du confinement ont amené France Galop a diminuer drastiquement les allocations alors qu’en réalité le marché des paris hippiques connaît, depuis le 10 mai dernier une forte... lire plus

Moi j’aime les Courses – Episode N° 12

Milla souligne ici que les paris hippiques permet de financer l’ensemble de la filière hippique. Des paris utiles et intelligents Cliquez ici –> Moi j’aime les Courses – Episode N° 12 –... lire plus

Moi j’aime les Courses – Episode N° 11

Victor aime surtout les paris simples, gagnants ou placés. L’espace d’une course il a un peu le sentiment d’être co-propriétaire du cheval qu’il a joué. Une autre sensation… Cliquez ici –> Moi j’aime les courses –... lire plus